La BRB a rencontré les responsables des bureaux de change

Français

Ce Jeudi 21 juillet 2016, la Banque a rencontré les responsables des bureaux de change pour leur rappeler les règles régissant le commerce spécial de la monnaie au Burundi.

Jean CIZA,Gouverneur de la BRB, a insisté sur la transparence qui doit caractériser le change. Ainsi, les taux pratiqués par les bureaux de change doivent être affichés et respectés, un reçu/bordereau doit être délivré à toute personne qui fait changer sa monnaie mais aussi, les bureaux de change doivent disposer d'un registre dans lequel ils enregistrent leurs opérations lequel registre doit être montré immédiatement aux superviseurs de la Banque centrale en mission de supervision. Le Gouverneur a informé que dans un proche avenir, un logiciel qui permettra de contrôler en temps réel les opérations de change effectuées par les bureaux sera opérationnel.

Lors de cette réunion, les changeurs ont quant à eux déploré le manque de devises en général, causé selon eux, par la conjoncture économique dans laquelle se trouve le pays, la diminution des touristes et la prolifération des changeurs ambulants et informels. Ils voudraient que la Banque centrale puisse les approvisionner en devises, mais le Gouverneur leur a expliqué que les bureaux de change ne financement pas l’économie, qu’il s’agit plutôt d’un service secondaire destiné essentiellement aux voyageurs et touristes et que seuls, ceux qui ont besoins de beaucoup de devises (importateurs par exemple) les trouvent dans les banques commerciales.

En vue d'appuyer dans ce secteur, les membres des forces de l'ordre invités, ont demandé aux changeurs de dénoncer ceux qui entravent leurs activités.

Le Gouverneur a par la suite donné une conférence de presse pendant laquelle il s’est exprimé sur la « vétusté des billets de 100 francs Burundi et rareté des pièces de 50 ».

Il a précisé que le billet de 100 francs Burundi est en voie de remplacement par une pièce de même montant et les procédures en cours vont prendre du temps. En attendant, a-t-il ajouté, ces billets peuvent être substitués par les pièces de cinquante francs Burundi qui existent en quantité suffisante, mais que la population a tendance à ne pas les mettre en circulation. Les autres pièces de 1,5 et 10 francs devraient être aussi utilisées , a rappelé le Gouverneur.